Actualités La FPMQ souhaite le retrait du projet de loi et propose au ministre de revoir ses priorités

Publiée le 6 septembre 2017

MONTRÉAL, le 6 septembre 2017 – La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) demande au ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, de retirer son projet de loi 133 sur le port de l’uniforme. Elle invite plutôt le ministre à entamer une véritable réflexion sur les enjeux de sécurité publique qui affectent réellement les citoyens.

Au cours des dernières années, le gouvernement s’est acharné sur les droits fondamentaux des policiers municipaux. Aujourd’hui, par le projet de loi 133, le législateur s’en prend à nouveau à la liberté d’association des policiers en les privant d’un de leur seul moyen de protestation. « Par l’adoption des lois 15 et 24, le gouvernement a renié des ententes qui avaient été négociées de bonne foi et a chamboulé tous les mécanismes reconnus de règlement des différends. Voilà maintenant qu’on veut nous bâillonner », déplore Robin Côté, président de la FPMQ.

Aux yeux de la FPMQ, le projet de loi porte atteinte à la liberté d’association. De plus, elle souligne l’absence de justification pour l’adoption d’une telle mesure. « Les policiers modifient leurs uniformes depuis plusieurs années sans qu’aucun problème réel n’ait jamais été démontré devant quel que tribunal que ce soit », souligne M. Côté, rappelant la cause entre la Fraternité des policiers de Châteauguay et la Ville de Châteauguay entendue par la Commission des relations du travail en 2014. Rappelons que la Commission avait alors rejeté une demande d’intervention à l’égard de la modification de l’uniforme régulier, soit le port d’un chapeau de cow-boy. Elle a conclu que la Ville n’avait pas démontré un quelconque préjudice au service auprès des citoyens et que rien ne justifiait l’atteinte aux droits fondamentaux que les conclusions demandées par la Ville allait engendrer.

D’autres priorités en matière de sécurité publique

La FPMQ déplore l’acharnement du gouvernement pour l’adoption de projets de loi qui briment les droits des travailleurs et qui seront manifestement déclarés illégaux. Pourtant, la légalisation imminente du cannabis par le gouvernement fédéral pose de nombreux défis sur lesquels il serait plus judicieux de se pencher au plus vite.

« Si le ministre de la Sécurité publique veut être un leader et jouer son rôle de sécurité publique et s’attaquer à un véritable enjeu qui affectera directement nos concitoyens, il peut compter sur nous pour l’épauler », conclut M. Côté.

Téléchargez le mémoire de la FPMQ sur projet de loi 133 en cliquant ici.

À propos de la FPMQ

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec est un regroupement d'associations syndicales composées d'environ 4 500 policiers et policières municipaux de la province. La FPMQ est associée avec la Fraternité des policiers et policières de Montréal qui représente 4 500 membres métropolitains.

Actualités

Le gouvernement du Québec creuse les inégalités entre les municipalités

14 décembre 2018

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) dénonce l’intention de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, de creuser l’iniquité de financement des corps policiers entre les municipalités québécoises.

Lire la suite

Les policiers inquiets d’un environnement juridique qui favorise de plus en plus le désengagement

30 mai 2018

Les trois plus grandes associations syndicales policières du Québec, soit l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ), la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM), ont réuni tous leurs représentants syndicaux aujourd’hui à Montréal dans le cadre d’un sommet syndical lors duquel ont été abordés plusieurs dossiers touchant la communauté policière.

Lire la suite

L'enjeu du respect du corridor de sécurité

24 avril 2018

Dans le cadre de leur travail, les policiers et les policières vivent parfois des situations dangereuses. Par exemple, quitter son véhicule pour donner une contravention ou offrir de l’assistance présente un risque important pour les agents de la paix.

Lire la suite