Pour un financement équitable des services policiers au Québec

Depuis 20 ans, le gouvernement du Québec entretient une grave iniquité entre les différentes municipalités en ce qui a trait au financement des services policiers en ne finançant pas les services policiers municipaux. Il faut remonter au début des années 2000 pour comprendre l’origine de l’injustice.

 

En 2019, la subvention gouvernementale accordée aux municipalités desservis par la Sûreté du Québec (SQ) atteint maintenant 47% du coût total de la facture de la desserte policière. La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a déjà annoncé en juin dernier qu’elle augmenterait l’iniquité dès 2020 en ajoutant 75M$ aux 300M$ déjà dédié à la subvention.

 

Au Québec, 5,5M de personnes sont desservis pas un corps policier municipal. Depuis 20 ans, ces personnes doivent payer 100% de la facture de leur service de police municipal via leurs taxes, tout en subventionnant les services de la SQ par leurs impôts.

 

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec demande donc au ministère de la Sécurité publique de terminer le travail entamé il y a 20 ans en subventionnant l’ensemble des villes pour leur corps policier municipal. La mesure coûterait 788 M$ et toucherait 85% de la population.

 

LA SQ COÛTE PLUS CHER

Le coût réel d’une desserte par la SQ est plus élevé que le coût d’un corps policier municipal.

 

Tableau 1 Comparaison du coût actuel de la desserte policière et du coût d'une éventuelle desserte par la Sûreté du Québec



 

Ainsi, une desserte par la SQ coûterait près de 8 M$ supplémentaire à la ville de St-Jean -sur-Richelieu, faisant passer le coût réel à 31 M$. À Mont-Tremblant, le coût de la desserte policière passerait d’environ 8 M$ à près de 11,5 M$. En faisant passer leur desserte à la SQ, ces villes feraient payer la moitié de la facture par l’ensemble des contribuables du Québec, ce qui permettrait de diminuer celle payée par leurs résidents et résidentes. Puisque la subvention s’élève à 47 % du montant total, il est beaucoup moins coûteux de subventionner directement les corps policiers municipaux, car ils sont moins dispendieux.

 

Tableau 2 Coûts des corps policiers municipaux par ville et calcul de la subvention demandée


Tableau 3 Coûts d'une desserte policière par la Sûreté du Québec pour les villes disposant d'un corps policier municipal


UNE PRIORITÉ DU GOUVERNEMENT

Lors de la dernière campagne électorale, le gouvernement a promis de remettre de l’argent dans les poches des contribuables afin de réduire leur fardeau fiscal. La mesure la plus simple pour atteindre cet objectif est de financer équitablement tous les services policiers au Québec. Ainsi, le gouvernement pourra avoir un impact sur 5,5 millions de Québécois et Québécoises. C’est une mesure précise, qui aura un impact positif auprès des contribuables touchés et qui va dans le sens des promesses de la CAQ.

 

Il est tout à fait injuste que Drummondville ait eu droit à 75 M$ en subvention au cours des 10 dernières années, mais qu’une ville comme Saint-Jérôme, Gatineau, Laval, Saguenay ou Québec n’ait pas eu droit à une aide gouvernementale. Le gouvernement du Québec est à l’heure des choix. S’il veut vraiment réduire le fardeau fiscal et baisser les taxes de la population, il doit financer équitablement les services de police municipaux.

 

Tableau 4 Écart entre le montant de la contribution estimée et la facture finale pour les services de la Sûreté du Québec pour la ville de Drummondville de 2010 à 2019

Actualités

Transfert de la desserte policière : Les policiers de Mont-Tremblant poursuivent la Ville de Mont-Tremblant

7 janvier 2020

En réponse à la décision de la Ville de Mont-Tremblant de transférer sa desserte policière à la Sûreté du Québec afin d’écraser un conflit de travail avec ses policiers, la Fraternité des policiers de la Ville de Mont-Tremblant (FPMQ) se voit obligée de se tourner vers les tribunaux. La Fraternité a déposé deux recours au Tribunal administratif du travail (TAT) contre la Ville de Mont-Tremblant.

Lire la suite

Les élus de Mont-Tremblant ont perdus la confiance de leur population !

12 décembre 2019

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) est extrêmement déçue que les élus de Mont-Tremblant aient décidé d’aller de l’avant avec le transfert de leur desserte policière à la Sûreté du Québec. En prenant cette décision, le maire, Luc Brisebois, les conseillères, Mélanie Matte, Sylvie Vaillancourt et Roxanne Lacasse, les conseillers, Pierre Labonté, Joël Charbonneau, Danny Stewart, François Marcoux et Pascal de Bellefeuille, ainsi que les élus de Lac-Tremblant-Nord ont perdu toute leur légitimité de siéger à l’Hôtel-de-Ville au nom de leur population.

Lire la suite

Nous avons confiance que les élus de Mont-Tremblant se rangeront derrière leur population !

9 décembre 2019

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) attend avec impatience la décision des élus de Mont-Tremblant quant au projet de destruction de son service de police communautaire, et est convaincue que ceux-ci prendront la bonne décision. À travers la province, les villes se mobilisent derrière leurs polices municipales de qualité, en demandant l’octroi d’un financement équitable des services de police. À Mont-Tremblant c’est la population qui s’est portée à la défense de sa police en se prononçant en faveur du maintien de sa police municipale de proximité. Il ne reste plus qu’aux élus de Mont-Tremblant de choisir de quel côté ils souhaitent se ranger.

Lire la suite