Gestion policière à Mercier

videos.pngcouverture.pngcomm.png

À 500 SIGNATURES D’UN VOTE SUR LA CRÉATION D’UN CORPS DE POLICE À MERCIER

Si 500 citoyennes et citoyens de Mercier se déplacent à l’Hôtel de ville pour signer un registre demandant la tenue d’un vote sur la création d’un corps de police local, l’administration municipale enclenchera ledit processus démocratique.

Il est simplement normal que la population soit entendue. 

Signez le registre à l’Hôtel de ville et faites en sorte qu’un vote se tienne sur cette importante décision pour l’avenir de notre municipalité. 

18 octobre - de 9h à 19h

Hôtel de ville de Mercier

869, Boulevard Saint-Jean-Baptiste

Mercier   

Pour un vote à Mercier.

 

La Ville de Mercier est actuellement desservie par la Ville de Châteauguay pour tout ce qui concerne ses services de police. Toutefois, l’administration municipale envisage maintenant de démanteler le service de police en place et de créer son propre poste de police local. 

À ce compte, la Ville a mandaté, aux frais des contribuables, une firme spécialisée pour évaluer la faisabilité de cette réforme. Elle a d’ailleurs présenté ses intentions à la population lors d’assemblées publiques de consultation. Bien que ce processus puisse sembler transparent à première vue, il ne s’agit que d’un écran de fumée.

Le rapport d’évaluation présenté par l’administration municipale présente des données partielles et erronées. Notamment, les coûts du projet sont sous-évalués et on omet de comptabiliser plusieurs postes budgétaires importants, comme la construction d’un nouveau poste, la création d’une cour municipale, la création d’un service de 911, l’achat de voitures de police, etc. Bref, la Ville joue avec les chiffres pour favoriser l’acceptabilité sociale.

Ce changement aurait de graves répercussions et soulève d’importantes préoccupations tant sur le plan de la gestion municipale que sur la sécurité des citoyens.

Définitivement, il y a un problème de transparence dans l’information transmise par la Ville.

Argumentaire

Le système actuel s’inspire de la réorganisation policière qui date de 2001. À l’origine, l’objectif de cette réforme était de : 

  • Rehausser l'efficacité ;
  • Viser une répartition des ressources mieux adaptée aux besoins; 
  • Favoriser l'établissement d'un partage plus précis des responsabilités;
  • Consolider la présence de la Sûreté du Québec sur l'ensemble du territoire;
  • Améliorer la lutte à la criminalité, surtout organisée;
  • Adapter l'organisation policière à la réforme municipale;
  • Revoir l'organisation policière en s'appuyant sur un autofinancement.

L’esprit de cette réforme milite en faveur d’un partage des ressources, de façon à garantir une plus grande efficience. Malheureusement, l’intention de l’administration municipale de la Ville de Mercier va dans le sens inverse.

Un projet nuisible aux finances municipales

L’administration municipale prétend que le démantèlement du service de police actuel permettra de faire économiser des coûts à la population. Ce calcul est erroné.

Le projet, tel que présenté par l’administration municipale, néglige les coûts liés à l’implantation du projet et présente des répercussions bien en deçà de la réalité. En allant de l’avant avec cette réforme, la municipalité de Mercier devrait assumer : 

  • La construction d’un nouveau poste (avec centre de détention); 
  • Se doter d’une Cour municipale;
  • Développer un service de ressources humaines;
  • Faire l’achat de nouvelles voitures de police
  • Etc.

Bref, l’administration municipale devrait prévoir un dédoublement des ressources déjà présentes sur le territoire et actuellement desservies par la Ville de Châteauguay. 

Mercier risquerait une perte d'expertise

Avec une telle réforme, le nouveau service de police de Mercier deviendrait le plus petit poste au Québec. Cela risque de poser un problème de recrutement et de rétention de la main d’œuvre. 

En effet, le manque de ressources risque de créer une instabilité réelle au niveau du personnel policier. Dans une organisation de cette taille, il n'est pas rare d'observer des taux de roulement annuels voisinant 25% des effectifs, ceux-ci préférant œuvrer pour le compte de plus grandes organisations policières mieux structurées et beaucoup plus motivantes au plan des perspectives de carrière. 

Ce problème d'instabilité des effectifs risque de s'amplifier au sein d’une organisation de plus faible taille.

Un projet préoccupant pour la sécurité des citoyens

Le démantèlement du service de police aura des répercussions importantes sur l’offre de services offerts à la population. Selon la Loi sur la police, en tant que membre de la Communauté métropolitaine de Montréal, pour avoir une action concertée dans sur l’ensemble du territoire, la Ville de Mercier est tenue de respecter un seuil minimum de service à sa population. Cependant, le projet, tel que présenté par l’administration municipale, prévoit de réduire les services offerts en deçà du seuil légal.

Une telle initiative aurait un grave impact sur la sécurité des citoyens.

Par exemple, en abaissant le niveau de sécurité de la Ville, il n’y aurait que deux enquêteurs disponibles, alors qu’un crime grave peut nécessiter la présence de plusieurs enquêteurs. Pire encore, en réduisant ainsi les effectifs, le service de police municipal ne serait tout simplement plus en mesure de tenir une enquête durant la période estivale. 

Aussi, en tout temps, il n’y aurait que deux policiers en patrouille pour couvrir l’ensemble du territoire et pour intervenir en situation d’urgence, ce qui est nettement insuffisant. Transposez cette réalité au 24 juin dernier. Après la fin des festivités, le service de police actuel a dû répondre à un appel où un homme armé menaçait de faire feu sur des citoyens de Mercier. 

Grâce à la desserte de police, une dizaine d’agents de la paix se sont rapidement présentés sur les lieux pour maîtriser la situation. 

Une telle intervention aurait été difficile et extrêmement risquée avec seulement deux agents.

Pour un vote à Mercier

En allant de l’avant avec un tel projet, les citoyens de Mercier pourraient se retrouver à devoir assumer une augmentation des dépenses en raison des dédoublements de services, présentement assumés par le département de police de Châteauguay. En plus, ils verraient leur offre de service diminuer de façon substantielle. C’est à se demander qui peut bien bénéficier d’une telle situation…

Considérant les répercussions du projet de l’administration municipale, le service de police invite les citoyens de Mercier à exiger que la Ville soumette son projet au jugement populaire par la voie d’un référendum.

Derniers développements

La mairesse Michaud refilera la facture de son obstination aux générations futures

15 septembre 2016

La Fraternité des policiers de Châteauguay, de même que la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ), déplorent vigoureusement l’approbation gouvernementale du règlement autorisant la création du corps de police de la Ville de Mercier. 

Lire la suite

Les policiers municipaux rappellent la mairesse Lise Michaud à l’ordre et exigent un référendum

13 mai 2015

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers de Châteauguay (FPC) rappellent la mairesse de la Ville de Mercier, Lise Michaud, à l’ordre concernant les coûts d’un service de police local et exigent un référendum sur la question.

Lire la suite

Lettre ouverte de M. Paulin Aubé

30 avril 2015

Les policiers de Châteauguay font appel à la Commission d’accès à l’information du Québec

30 avril 2015

La Fraternité des policiers de Châteauguay fait appel à la Commission d’accès à l’information du Québec pour que la Ville de Mercier rende publique l’étude de faisabilité, réalisée par la firme TRAK, concernant la possibilité de créer un corps de police municipale local. 

Lire la suite

Les policiers de Châteauguay dénoncent les dépenses faramineuses de la Ville et exigent un référendum

29 avril 2015

La Fraternité des policiers de Châteauguay déplore que l’administration municipale de Mercier, actuellement desservie par le service de police de Châteauguay, ait déjà engendré des dépenses faramineuses afin de mettre la table pour le démantèlement du service de police actuellement en vigueur. Du même coup, la Fraternité appelle les élus à la raison et demande de mettre un frein aux dépenses publiques injustifiées jusqu’à la tenue d’un référendum sur la question.

Lire la suite

Création d'un corps de police municipal à Mercier - Résumé de la situation par la FPMQ

24 avril 2015

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec s'oppose au projet de l'administration municipale de Mercier de créer un corps de police local

700 personnes en faveur d’une police autonome

21 avril 2015

Deux citoyens de Mercier ont récolté plus de 700 signatures dans une pétition appuyant le projet du conseil municipal de créer son propre corps policier. Sept personnes ont refusé de la signer, ont confirmé hier les initiateurs lorsque TC Media les a rencontrés.

Lire la suite

Carte postale

15 avril 2015

Panneau d'autoroute

15 avril 2015

Lettre des 24

15 avril 2015

Accroche-porte

15 avril 2015

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec appelle l’administration de Mercier à faire preuve de davantage de transparence dans le dossier

15 avril 2015

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) appelle la municipalité de Mercier à faire preuve de davantage de transparence dans le dossier de la création d’un nouveau corps de police municipal à Mercier. 

Lire la suite

Conférence de presse - 2 avril 2015

14 avril 2015

Conférence de presse de François Lemay, président de la Fraternité des policiers de Châteauguay.

Conférence de presse - 2 avril 2015 - Période de questions

14 avril 2015

Période de questions de la conférence de François Lemay, président de la Fraternité des policiers de Châteauguay.

Tract

10 avril 2015

Publicité - Le Soleil de Châteauguay

10 avril 2015