Actualités Régie intermunicipale de police Roussillon : La FPMQ donne un ultimatum à la Ministre

Publiée le 12 février 2020

RÉGIE INTERMUNICIPALE DE POLICE ROUSSILLON : LA FPMQ DONNE UN ULTIMATUM À LA MINISTRE

Montréal, 11 février 2020 – La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec dénonce la démarche en catimini des villes de Candiac et de Saint-Constant qui souhaitent se retirer de la Régie intermunicipale de police Roussillon pour créer leur propre service de police intermunicipal. La FPMQ juge illégale la démarche de Candiac et de Saint-Constant, puisqu’aucune consultation publique conjointe n’a été tenue sur ce projet de changement de desserte policière, ce qui enfreint la Loi sur la police.

L’impasse dure depuis 2018 à Roussillon et l’octroi d’une extension de 4 mois à la durée des négociations par la Ministre des Affaires municipales Andrée Laforest n’a toujours pas permis aux parties prenantes d’en arriver à une entente. Considérant qu’aucune entente est en vue et qu’une démarche illégale des villes de Candiac et de Saint-Constant a été entamée, la FPMQ demande à la Ministre des Affaires municipales de se saisir du dossier et d’y jouer le rôle de leadeurship qui lui revient. Il est du ressort de la Ministre de décréter le renouvellement pour 5 ans de l’entente de la Régie intermunicipale de police Roussillon et nous ne comprenons pas pourquoi un renouvellement n’a pas encore été décrété. Alors que les représentants des villes de Roussillon ont été rencontrés à de maintes reprises, les représentants des travailleurs impliqués et la Fédération attendent toujours leur tour, et ce, après plus d’une demande de rencontre. Vu l’évolution de la situation, la FPMQ se doit aujourd’hui de donner un ultimatum à la Ministre des Affaires municipales. Si une rencontre conjointe n’est pas conviée d’ici 15 jours, la Fédération prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des droits de ses travailleurs !

CITATIONS

« Une chose est certaine, Saint-Constant et Candiac n’ont pas respecté la Loi sur la police avec leur démarche menée en cachette. Maintenant il ne reste qu’une possibilité pour la suite des choses, la Ministre des Affaires municipales doit s’impliquer dans ce dossier qui s’éternise et décréter le renouvellement du contrat de la Régie. On s’explique mal pourquoi les représentants des travailleurs et la Fédération n’ont pas encore été consultés dans ce dossier. Nous avons assez attendu, les travailleurs et les citoyens ont assez attendu, aujourd’hui c’est l’heure de passer à l’action » explique François Lemay, Président de la Fédération des policiers et des policières municipaux du Québec. 

« Actuellement, Candiac et Saint-Constant tiennent les policiers de Roussillon en otage parce qu’on nous maintient dans l’incertitude quant à l’avenir de notre service de police ! Ce qui nous inquiète encore plus c’est qu’on laisse les citoyens totalement dans le noir. On n’a mené aucune consultation publique pour présenter le nouveau projet de police intermunicipale et sonder les citoyens sur ce qu’ils en pensent. C’est inquiétant parce qu’avec autant d’incertitude, on ne peut que se demander si ce projet résulterait en une diminution des services », s’exclame Stéphane Thibault, président de la Fraternité des policiers de la Régie intermunicipale de police Roussillon.

-30-

INFORMATIONS

Actualités

La ville de Mont-Tremblant déboutée en arbitrage face à ses policiers

25 mai 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) déplore l’attitude du maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois, et de la directrice générale, Julie Godard qui ont décidé de maintenir leur position malgré le grief syndical ayant obtenu le résultat que les policiers recherchaient dès le départ.

Lire la suite

Le Chef de police de Mirabel fait fausse route

15 mai 2020

Plutôt que d’agir en leader, le Chef de police de Mirabel a choisi de supporter le recours de la Ville qui veut faire payer des frais de dommages de véhicule occasionnés par des nids-de-poule à ces policiers alors qu'ils ne faisaient que faire leur travail.

Lire la suite

Coupe de salaire en temps de crise : Fini la guerre des mots, la FPMQ répond à la Ville de Mercier

24 avril 2020

En réponse à la désinformation émise par la Ville de Mercier mardi, la Fédération tient à réitérer qu’il existe une pratique immorale imposée aux policiers de Mercier, laquelle les abandonne financièrement lorsqu’ils sont en retrait préventif.

Lire la suite