Actualités Recours contre le BEI : la FPMQ demande que les droits fondamentaux des policiers soient respectés

Publiée le 11 juin 2019

La Fédération conteste la validité du règlement du Québec qui oblige le « policier impliqué » à faire rapport aux enquêteurs du BEI et à les rencontrer pour répondre à leurs questions, alors qu'aucun autre enquêteur de police n'a le droit de contraindre un « suspect » à comparaître devant lui. La Fédération demande que ce principe soit aussi appliqué aux policiers et que soient invalidées les dispositions du règlement du Québec qui ne respectent pas le droit au silence et le privilège de non-incrimination. (Voir section «En bref»)

EN BREF : LE BEI

  • Le BEI est un corps de police spécialisé qui a pour mission de mener une enquête dite indépendante lorsqu'une personne décède, subit une blessure grave ou est blessée par une arme à feu utilisée par un policier, lors d'une intervention policière ;
  • Le policier impliqué est défini dans le règlement comme étant celui « dont les actions ou les décisions pourraient avoir contribué au décès, aux blessures graves ou aux blessures causées par une arme à feu utilisée par un policier ».
  • Le BEI est un corps de police comme un autre qui fait une enquête criminelle afin de déterminer la responsabilité du policier impliqué, sur le plan criminel.
  • Alors que le BEI prétend qu'il ne s'agit que de simples enquêtes administratives, les enquêtes menées par le corps de police que constitue le BEI et qui vise à déterminer si les actions du policier impliqué engagent sa responsabilité sur le plan criminel sont définitivement des enquêtes de nature criminelle.
  • Le BEI doit donc respecter les droits fondamentaux du policier impliqué, dont le droit à l'avocat, le droit au silence et au privilège de non-incrimination.

Or, le règlement du Québec impose une véritable procédure inquisitoire au policier qui fait l'objet d'une enquête du BEI. Cette procédure déroge de la procédure applicable en matière criminelle, une compétence fédérale selon la Constitution canadienne. Le règlement contrevient d'ailleurs à la Charte canadienne des droits et libertés et porte atteinte aux droits fondamentaux du policier faisant l'objet de l'enquête.

AILLEURS AU CANADA
Le recours à des enquêtes indépendantes existe dans pratiquement toutes les provinces canadiennes lorsqu'il y a décès ou blessures graves causées à une personne à la suite d'une intervention policière, mais les droits du policier impliqué y sont protégés et respectés. Dans ces autres provinces, les enquêteurs du corps de police spécialisé n'ont pas accès au rapport du policier impliqué et ce dernier n'est pas contraint de les rencontrer.

Seul le Québec oblige le policier impliqué à remettre au BEI un rapport détaillé aux fins de l'enquête criminelle dont il est le sujet, seul le Québec l'oblige à rencontrer un enquêteur de police pour répondre à des questions visant à déterminer sa responsabilité au niveau criminel.

CITATION
« Les policiers et policières du Québec ont droit aux mêmes protections que l'ensemble de la population en matière de droit criminel. Il est évident que le gouvernement du Québec aurait intérêt à regarder ce qui se fait ailleurs au Canada et à se poser des questions afin de réviser sa propre réglementation », a déclaré Robin Côté, président de la FPMQ.

- 30 -

INFORMATION

Actualités

Le COVID-19 s’implante dans les relations de travail : Ce qu’il faut savoir !

16 mars 2020

En décembre dernier, nous avons été informés de l’éclosion d’un nouveau coronavirus. La maladie associée à ce virus a été baptisée COVID-19. La semaine dernière, le nombre de cas d’infection a franchi le seuil des 100.000. L’Organisation mondiale de la santé a exhorté tous les pays à prendre des mesures d’endiguement et de contrôle d’une manière énergique pour ralentir et même inverser la propagation de l’épidémie.Le 12 mars 2020, le gouvernement québécois de M. Legault prend de front la situation pandémique du COVID-19 en implantant certaines mesures et en appelant à la raisonnabilité des travailleurs et des employeurs. Bien que la réponse gouvernementale réponde à un besoin criant, il en demeure qu’au lendemain de la conférence de presse, plusieurs questions sont toujours sans réponse. Ainsi, il importe de faire la distinction entre une obligation et une demande du gouvernement. Rappelons d’abord ce qui a été décidé par le gouvernement de François Legault.

Lire la suite

Desserte policière à Mont-Tremblant : Le Maire Brisebois manque de respect à ses citoyens

6 mars 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec dénonce l’attitude du Maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois envers ses citoyens. Soutenant que de fausses informations circulaient dans le dossier de l’abolition du service de police municipal à Mont-Tremblant, le Maire Brisebois a tenu à « rectifier les faits » la semaine dernière avec la publication d’un tract « informatif » et un passage radio qui reflétait bien sa méconnaissance du dossier. Aujourd’hui, une chose est plus claire que jamais : le Maire de Mont-Tremblant manque de respect à ses citoyens en ignorant délibérément leur mobilisation qui demande à ce qu’un référendum soit tenu sur le changement de leur desserte policière.

Lire la suite

Régie intermunicipale de police Roussillon : La FPMQ donne un ultimatum à la Ministre

12 février 2020

Vu l’évolution de la situation, la FPMQ se doit aujourd’hui de donner un ultimatum à la Ministre des Affaires municipales. Si une rencontre conjointe n’est pas conviée d’ici 15 jours, la Fédération prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des droits de ses travailleurs !

Lire la suite