Actualités POSSIBLE ÉCOUTE ÉLECTRONIQUE À MONT-TREMBLANT

Publiée le 1 mars 2019

POSSIBLE ÉCOUTE ÉLECTRONIQUE À MONT-TREMBLANT

La Fraternité des policiers de Mont-Tremblant tient aujourd’hui à dénoncer publiquement le climat de travail malsain qui règne au poste de police. En effet, un grief collectif en harcèlement psychologique a été déposé le 14 janvier dernier par la Fraternité.

La dernière convention collective s’étant négocié de bonne foi sans avocats, les membres de la Fraternité ont dû revoir leur approche face à l’employeur. La Fraternité a dû faire appel à ceux-ci pour 36 griefs.

POSSIBLE ÉCOUTE ÉLECTRONIQUE
Au mois de mars 2018, la Fraternité a compris qu’il existe une possibilité d’être écouté à son insu. Bien que l’interphone soit installé depuis plusieurs années, celui-ci n’a jamais servi à des fins opérationnelles. Ce dernier ne dispose d’aucun mécanisme pour signaler que la communication est établie avec un autre interphone du poste. L’interphone permet l’écoute dans la salle des patrouilleurs et dans le bloc cellulaire.

L’employeur a été alerté dans un courriel privé, puis une enquête interne a eu lieu. Lors de l’enquête, aucun policier n’a été rencontré. Du point de vue de la Fraternité, une enquête indépendante aurait été nécessaire.

L’enquête a conclu qu’il n’y avait pas eu d’écoute, mais la possibilité existe. En effet, l’interphone est encore en place et aucun mécanisme n’a été instauré pour s’assurer qu’une écoute illégale ne puisse avoir lieu. En réaction, les policiers ont commencé à tenir leurs rencontres dans le garage, puisqu’il n’y a aucun risque d’écoute à cet endroit. Dans une tentative de régler le conflit, la Fraternité a mis fin à ce moyen de sensibilisation.

EN CHIFFRE

  • 29 policiers (sur 40) se sont vu imposer plus de 50 sentences disciplinaires;
  • Les principaux motifs pour ces sentences disciplinaires : refus de ranger la table lors des moyens de pression, avoir fermé des portes (salle des patrouilleurs et bureau des sergents) et pour ne pas avoir salué le Capitaine Morand;
  • 1 grief collectif en harcèlement psychologique;
  • 1 policier suspendu sans solde pendant 21 jours pour avoir signalé la possible écoute électronique;
  • 1 policier suspendu avec solde pendant trois semaines pour une prise de bec avec une employée civile.

UN APPUI DE LA FPMQ
La Fédération des policières et policiers municipaux du Québec (FPMQ) s’est impliquée dans le dossier afin de soutenir la Fraternité. En effet, la Fédération a tenté d’entrer en contact avec l’employeur dans le but de trouver une solution au conflit. Les demandes de rencontre ont été refusées, même celles effectuées auprès du maire.

CITATIONS
« Ce que nos membres veulent, c’est de retrouver le goût d’aller travailler. Pour que ça arrive, il faut que le harcèlement psychologique cesse et qu’un nouvel interphone soit installé », a déclaré l’exécutif de la Fraternité des policiers de Mont-Tremblant.

« Malgré la situation difficile, les policières et policiers de Mont-Tremblant ont continué à offrir le même service de qualité qu’à l’habitude », rassure la Fraternité.

« Le grand nombre de dossiers en discipline est particulièrement inquiétant. Il faut trouver rapidement une solution, car le conflit a des répercussions sur l’ensemble des travailleurs du poste », a conclu Robin Côté, président de la FPMQ.

Actualités

Le COVID-19 s’implante dans les relations de travail : Ce qu’il faut savoir !

16 mars 2020

En décembre dernier, nous avons été informés de l’éclosion d’un nouveau coronavirus. La maladie associée à ce virus a été baptisée COVID-19. La semaine dernière, le nombre de cas d’infection a franchi le seuil des 100.000. L’Organisation mondiale de la santé a exhorté tous les pays à prendre des mesures d’endiguement et de contrôle d’une manière énergique pour ralentir et même inverser la propagation de l’épidémie.Le 12 mars 2020, le gouvernement québécois de M. Legault prend de front la situation pandémique du COVID-19 en implantant certaines mesures et en appelant à la raisonnabilité des travailleurs et des employeurs. Bien que la réponse gouvernementale réponde à un besoin criant, il en demeure qu’au lendemain de la conférence de presse, plusieurs questions sont toujours sans réponse. Ainsi, il importe de faire la distinction entre une obligation et une demande du gouvernement. Rappelons d’abord ce qui a été décidé par le gouvernement de François Legault.

Lire la suite

Desserte policière à Mont-Tremblant : Le Maire Brisebois manque de respect à ses citoyens

6 mars 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec dénonce l’attitude du Maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois envers ses citoyens. Soutenant que de fausses informations circulaient dans le dossier de l’abolition du service de police municipal à Mont-Tremblant, le Maire Brisebois a tenu à « rectifier les faits » la semaine dernière avec la publication d’un tract « informatif » et un passage radio qui reflétait bien sa méconnaissance du dossier. Aujourd’hui, une chose est plus claire que jamais : le Maire de Mont-Tremblant manque de respect à ses citoyens en ignorant délibérément leur mobilisation qui demande à ce qu’un référendum soit tenu sur le changement de leur desserte policière.

Lire la suite

Régie intermunicipale de police Roussillon : La FPMQ donne un ultimatum à la Ministre

12 février 2020

Vu l’évolution de la situation, la FPMQ se doit aujourd’hui de donner un ultimatum à la Ministre des Affaires municipales. Si une rencontre conjointe n’est pas conviée d’ici 15 jours, la Fédération prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des droits de ses travailleurs !

Lire la suite