Actualités Nous avons confiance que les élus de Mont-Tremblant se rangeront derrière leur population !

Publiée le 9 décembre 2019

NOUS AVONS CONFIANCE QUE LES ÉLUS DE MONT-TREMBLANT SE RANGERONT DERRIÈRE LEUR POPULATION !

MONTRÉAL, 5 décembre 2019 – La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) attend avec impatience la décision des élus de Mont-Tremblant quant au projet de destruction de son service de police communautaire, et est convaincue que ceux-ci prendront la bonne décision. À travers la province, les villes se mobilisent derrière leurs polices municipales de qualité, en demandant l’octroi d’un financement équitable des services de police. À Mont-Tremblant c’est la population qui s’est portée à la défense de sa police en se prononçant en faveur du maintien de sa police municipale de proximité. Il ne reste plus qu’aux élus de Mont-Tremblant de choisir de quel côté ils souhaitent se ranger.

Dans les dernières semaines, les villes de Terrebonne, Châteauguay, Saint-Jérôme et Saint-Jean-sur-Richelieu se sont toutes rangées derrière une cause commune, celle rétablir l’équité entre les villes en ce qui a trait au financement de leur police. Ces villes comprennent la valeur des services de proximité qu’offrent leurs polices municipales, tout comme la population de Mont-Tremblant. Lors des consultations publiques, les citoyens et les citoyennes de Mont-Tremblant ont adressé directement le maire Luc Brisebois pour lui réitérer leur satisfaction face aux services offerts par le Service de police de la Ville de Mont-Tremblant et leur désir de les conserver. Le constat est clair : il n’y a pas d’acceptation sociale à la destruction du Service de police de la Ville de Mont-Tremblant.

Nous attendons impatiemment la décision de la Ville de Mont-Tremblant, qui aura d’importants impacts sur les services de police offerts aux Tremblantois et aux Tremblantoises. La population de Mont-Tremblant comme plusieurs villes au Québec est résolue à reconnaitre à sa juste valeur sa police municipale. Nous sommes convaincus que le maire Brisebois, ainsi que les conseillers et conseillères qui siègent avec lui au Conseil municipal, entendrons la volonté de leur population, comprendrons le mouvement qui nait à travers le Québec et choisirons de s’y rallier.

CITATIONS

« Nous sommes certains que M. Brisebois, ainsi que ces conseillers et conseillères se rangeront avec la population de Mont-Tremblant et qu’ils conserveront leur service de police municipal. Les élus sont avant tout des tremblantois et ils ne peuvent que reconnaitre la qualité des services de proximité offerts par le Service de police de la Ville de Mont-Tremblant, qui va bien au-delà de son mandat en s’impliquant généreusement dans la communauté » explique François Lemay, Président de la Fédération des policiers et des policières municipaux du Québec.

« Pour Mont-Tremblant, conserver son service de police et se mobiliser pour son financement équitable avec les villes québécoises c’est gagnant pour tout le monde. D’abord, c’est ce que la population veut. Ensuite, c’est possible que le front commun des villes dans un contexte ou un livre vert sur la police mène à un financement des corps de police municipaux. Tremblant aurait donc avantage à y ajouter sa voix dans le but de récupérer les sommes d’argent qui sont laissées sur la table par l’iniquité du financement actuel » a conclu M. Lemay.

-30-

INFORMATIONS

Actualités

La ville de Mont-Tremblant déboutée en arbitrage face à ses policiers

25 mai 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) déplore l’attitude du maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois, et de la directrice générale, Julie Godard qui ont décidé de maintenir leur position malgré le grief syndical ayant obtenu le résultat que les policiers recherchaient dès le départ.

Lire la suite

Le Chef de police de Mirabel fait fausse route

15 mai 2020

Plutôt que d’agir en leader, le Chef de police de Mirabel a choisi de supporter le recours de la Ville qui veut faire payer des frais de dommages de véhicule occasionnés par des nids-de-poule à ces policiers alors qu'ils ne faisaient que faire leur travail.

Lire la suite

Coupe de salaire en temps de crise : Fini la guerre des mots, la FPMQ répond à la Ville de Mercier

24 avril 2020

En réponse à la désinformation émise par la Ville de Mercier mardi, la Fédération tient à réitérer qu’il existe une pratique immorale imposée aux policiers de Mercier, laquelle les abandonne financièrement lorsqu’ils sont en retrait préventif.

Lire la suite