Actualités L’intelligence artificielle au service des policiers

Publiée le 10 avril 2018

L’intelligence artificielle n’est pas qu’une idée de film de science-fiction. Elle existe dans le monde d’aujourd’hui. 

Au Canada, les policiers d’Edmonton veulent construire un centre intelligent pour traiter les informations comme les bases de données, les caméras de circulation et les publications tirées des médias sociaux comme Facebook ou Twitter.

Ce type d’établissement permettrait de rendre le travail des policiers d’Edmonton plus efficace et sécuritaire. Il permet aussi d’accélérer le temps de réponse des policiers dans des moments de crise.

Différentes initiatives

Certains corps policiers à travers le monde utilisent déjà des outils semblables pour rendre leur travail plus efficace et sécuritaire. C’est le cas de la ville Durham, en Grande-Bretagne. 

Dans cette ville, un programme nommé Harm Assessment Risk Tool (outil d’évaluation des risques) classe les suspects selon trois niveaux de risque. L’outil vise à appuyer le travail des officiers lorsque ceux-ci doivent décider si un suspect devrait rester derrière les barreaux ou non après une arrestation. Les résultats sont excellents : les prévisions proposées par le programme HART se sont avérées précises dans 88% à 98% des cas.

L’idée de ce genre d’outil est de détecter des comportements qui se répètent chez les personnes criminelles. En ce sens, il s’agit de tenter de prédire où seront les prochains crimes et qui sera susceptible de les commettre pour permettre une meilleure application de la loi.

En Chine, la ville de Wuhan ouvrira une station complètement automatisée où la reconnaissance faciale permettra d’identifier rapidement les citoyens et de leur offrir rapidement les services dont ils ont besoin. 

L’apprentissage automatique, un champ d’études de l’intelligence artificielle, pourrait aider les officiers à détecter les motifs derrière un criminel récurrent. Des capteurs installés dans les armes aideraient à recréer une scène où l’arme a pu être nécessaire.

L’ouverture du centre intelligent d’Edmonton est prévue pour la fin de l’année 2018. L’intelligence artificielle peut d’ores et déjà rendre plus efficace et sécuritaire le travail des agents de la paix partout au Québec

 

Actualités

Les policiers inquiets d’un environnement juridique qui favorise de plus en plus le désengagement

30 mai 2018

Les trois plus grandes associations syndicales policières du Québec, soit l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ), la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM), ont réuni tous leurs représentants syndicaux aujourd’hui à Montréal dans le cadre d’un sommet syndical lors duquel ont été abordés plusieurs dossiers touchant la communauté policière.

Lire la suite

L'enjeu du respect du corridor de sécurité

24 avril 2018

Dans le cadre de leur travail, les policiers et les policières vivent parfois des situations dangereuses. Par exemple, quitter son véhicule pour donner une contravention ou offrir de l’assistance présente un risque important pour les agents de la paix.

Lire la suite

La cybercriminalité, un enjeu actuel

18 avril 2018

Les crimes commis sur le web guettent chacun d’entre-nous. Les transactions bancaires, l’envoi de courriel et la navigation sont toutes des activités où des fraudeurs malicieux sont susceptibles de commettre des délits. La prévention et la résolution de ces crimes représente un défi de tailles pour les agents de la paix partout dans le monde.

Lire la suite