Actualités Les policiers municipaux rappellent la mairesse Lise Michaud à l’ordre et exigent un référendum

Publiée le 13 mai 2015

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

Création d’un poste de police municipal à la Ville de Mercier

Les policiers municipaux rappellent la mairesse Lise Michaud

à l’ordre et exigent un référendum

MERCIER, le 13 mai 2015 – La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers de Châteauguay (FPC) rappellent la mairesse de la Ville de Mercier, Lise Michaud, à l’ordre concernant les coûts d’un service de police local et exigent un référendum sur la question.

« Il y a des limites à prendre les citoyens en otages comme le fait la mairesse, s’insurge le président de la FPC, François Lemay. D’un côté, la mairesse dilapide l’argent public dans des études de faisabilité et des frais juridiques qui coûteront 150 000$, et de l’autre, Mme Michaud s’engage dans un projet illégal en vertu de la Loi sur la police qui diminuerait la sécurité des citoyens de Mercier. Les citoyens méritent d’être consultés ! »

Rappelons que la FPC et la FPMQ ont dévoilé un sondage démontrant que 80% des citoyens de la Ville de Mercier demandent un référendum sur la question. Les détails concernant cette nouvelle sont disponibles sur le site www.mercierensecurite.com à l’adresse URL : http://fpmq.org/actualites/80-des-citoyens-de-mercier-souhaitent-un-referendum-sur-la-possibilite-de-creer-un-corps-de-police-municipale-local/

Par ailleurs,  au cours des derniers mois, la FPC a lancé une vaste campagne de communication pour informer le public sur les véritables conséquences du projet de la Ville de Mercier. Celle-ci souhaite contourner la Loi sur la police qui exige aux municipalités de la grande région de Montréal d’offrir des services avec une plus grande capacité d’intervention afin de lutter efficacement, entre autres, contre le crime organisé. Avec ces paramètres, le projet de la Ville de Mercier ne tient pas la route puisqu’il entraineraît une augmentation importante des taxes des contribuables pour opérer le plus petit corps de police au Québec.

« Les consensus sont clairs au Québec depuis plus de 15 ans : il faut se regrouper pour économiser et offrir de meilleurs services. La Ville de Mercier fait fi de ce constat élémentaire partagé par une majorité des Québécois », déplore le vice-président de la FPMQ, Paulin Aubé.

« J’invite la mairesse Michaud à rehausser son niveau de débat et d’accepter la dissidence. Clairement, ses concitoyens ne la suivent pas sur cet enjeu et demandent à 80% d’être consultés. Elle a refusé d’appuyer une motion au Conseil municipal en ce sens, en plus de multiplier les manœuvres pour adopter son projet en catimini. J’en appelle au gros bon sens de la mairesse : il est temps de soumettre votre projet au vote populaire ! », termine M. Lemay.

À propos de la Fraternité des policiers de Châteauguay

La Fraternité des policiers de Châteauguay regroupe 120 policiers et policières. Des membres desservent les municipalités de Châteauguay, Saint-Isidore, Mercier, Léry et Beauharnois. La Fraternité est membre de la FPMQ.

À propos de la FPMQ

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec est un regroupement d'associations syndicales composées d’environ 4 500 policiers et policières municipaux de la province, dont la Fraternité des policiers de Châteauguay.  

 

Actualités

Les policiers inquiets d’un environnement juridique qui favorise de plus en plus le désengagement

30 mai 2018

Les trois plus grandes associations syndicales policières du Québec, soit l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ), la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM), ont réuni tous leurs représentants syndicaux aujourd’hui à Montréal dans le cadre d’un sommet syndical lors duquel ont été abordés plusieurs dossiers touchant la communauté policière.

Lire la suite

L'enjeu du respect du corridor de sécurité

24 avril 2018

Dans le cadre de leur travail, les policiers et les policières vivent parfois des situations dangereuses. Par exemple, quitter son véhicule pour donner une contravention ou offrir de l’assistance présente un risque important pour les agents de la paix.

Lire la suite

La cybercriminalité, un enjeu actuel

18 avril 2018

Les crimes commis sur le web guettent chacun d’entre-nous. Les transactions bancaires, l’envoi de courriel et la navigation sont toutes des activités où des fraudeurs malicieux sont susceptibles de commettre des délits. La prévention et la résolution de ces crimes représente un défi de tailles pour les agents de la paix partout dans le monde.

Lire la suite