Actualités Les policiers municipaux manifestent à Québec pour dénoncer le renie des ententes négociées

Publiée le 12 août 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate

Arrêtons le projet de loi 3 des libéraux

Les policiers municipaux manifestent
à Québec pour dénoncer le renie des ententes négociées

QUÉBEC, mardi 12 août 2014 – Quelque 300 policiers membres de la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) ont manifesté ce matin à Québec pour dénoncer le renie de leurs ententes négociées.

Les policiers et policières municipaux ont profité de leur présence devant les bureaux du vice-président du comité exécutif et responsable de la charge des relations de travail pour la Ville de Québec, Jonatan Julien, pour rappeler l’importance de respecter les conventions collectives.  « Nous sommes aujourd’hui à Québec pour rappeler à l’administration du maire Régis Labeaume l’importance de respecter et d’honorer les ententes signées et négociées. Il a d’ailleurs lui-même admis par le passé qu’on ne peut changer les règles du jeu en troisième période. Nous lui demandons simplement de réitérer cet argument plein de bon sens auprès du gouvernement du Québec », explique le président de la Fédération, Denis Côté.

Lancement de nouveau matériel promotionnel

La FPMQ a lancé hier, lundi 11 août 2014, sa deuxième thématique de campagne dans le cadre de l’intensification de ses moyens de pression pour contrer le projet de loi 3 sur les régimes de retraite. Sous le thème « Au voleur ! Les ententes négociées sont bafouées », la Fédération promet d’être visible encore une fois à la télévision et à la  radio de même que sur Internet et les médias sociaux.

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec est un regroupement d'associations syndicales composées de plus de 8 500 policiers et policières municipaux de la province. Elle compte parmi ses associations la Fraternité des policiers et policières de Montréal à titre de membre-associé.

-30-

Actualités

Le COVID-19 s’implante dans les relations de travail : Ce qu’il faut savoir !

16 mars 2020

En décembre dernier, nous avons été informés de l’éclosion d’un nouveau coronavirus. La maladie associée à ce virus a été baptisée COVID-19. La semaine dernière, le nombre de cas d’infection a franchi le seuil des 100.000. L’Organisation mondiale de la santé a exhorté tous les pays à prendre des mesures d’endiguement et de contrôle d’une manière énergique pour ralentir et même inverser la propagation de l’épidémie.Le 12 mars 2020, le gouvernement québécois de M. Legault prend de front la situation pandémique du COVID-19 en implantant certaines mesures et en appelant à la raisonnabilité des travailleurs et des employeurs. Bien que la réponse gouvernementale réponde à un besoin criant, il en demeure qu’au lendemain de la conférence de presse, plusieurs questions sont toujours sans réponse. Ainsi, il importe de faire la distinction entre une obligation et une demande du gouvernement. Rappelons d’abord ce qui a été décidé par le gouvernement de François Legault.

Lire la suite

Desserte policière à Mont-Tremblant : Le Maire Brisebois manque de respect à ses citoyens

6 mars 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec dénonce l’attitude du Maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois envers ses citoyens. Soutenant que de fausses informations circulaient dans le dossier de l’abolition du service de police municipal à Mont-Tremblant, le Maire Brisebois a tenu à « rectifier les faits » la semaine dernière avec la publication d’un tract « informatif » et un passage radio qui reflétait bien sa méconnaissance du dossier. Aujourd’hui, une chose est plus claire que jamais : le Maire de Mont-Tremblant manque de respect à ses citoyens en ignorant délibérément leur mobilisation qui demande à ce qu’un référendum soit tenu sur le changement de leur desserte policière.

Lire la suite

Régie intermunicipale de police Roussillon : La FPMQ donne un ultimatum à la Ministre

12 février 2020

Vu l’évolution de la situation, la FPMQ se doit aujourd’hui de donner un ultimatum à la Ministre des Affaires municipales. Si une rencontre conjointe n’est pas conviée d’ici 15 jours, la Fédération prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des droits de ses travailleurs !

Lire la suite