Actualités Les policiers demandent la prolongation de l’entente de la Régie intermunicipale de police Roussillon

Publiée le 30 octobre 2019

COMMUNIQUÉ

Pour diffusion immédiate

 

LES POLICIERS DEMANDENT LA PROLONGATION DE L’ENTENTE DE LA RÉGIE INTERMUNICIPALE DE POLICE ROUSSILLON

 

MONTRÉAL, 30 octobre 2019 – La Fraternité des policiers de la Régie intermunicipale de police Roussillon et la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) demandent, en vertu de l’article 468.49 de la Loi sur les cités et villes, à la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, de reconduire l’entente de la Régie intermunicipale de police Roussillon pour les cinq prochaines années. Une lettre à cet effet lui a été envoyée le 8 octobre dernier puisque les négociations entourant le renouvellement de l’entente tournent en rond.

 

En effet, au cours des derniers mois les villes de Candiac et de Saint-Constant ont marqué leur opposition aux différents scénarios étudiés dans les rencontres de négociations. Alors que la ville de Candiac exige la reconduction de l’entente actuelle, la ville de Saint-Constant a adopté une résolution visant la création de sa propre sûreté municipale. Ces deux positions rendent impossible la renégociation d’une entente dans le délai en vigueur. Les villes doivent demander la dissolution de la régie actuelle au plus tard le 16 novembre 2019 si aucune entente n’est conclue, mais aucune municipalité n’aura le temps de créer son propre corps policier municipal d’ici là.

 

Considérant que la Loi sur la police oblige les villes de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) d’avoir un service de police municipal de niveau 2, une couverture par la Sûreté du Québec (SQ) est exclue.

 

CITATIONS

« La seule solution possible pour sortir de l’impasse qui guette l’entente de la Régie intermunicipale de police de Roussillon, c’est de décréter sa reconduction pour les 5 prochaines années. Ce n’est pas compliqué, nous demandons à Mme Laforest de prendre la même décision que le précédent gouvernement a prise dans le dossier de Chambly parce que c’est la seule option sérieuse possible », a déclaré Stéphane Thibault, président de la Fraternité de policiers de la Régie intermunicipale de police de Roussillon.

 

« Depuis 2003, le consensus veut que l’intérêt et la sécurité de la population priment lorsque vient le temps de prendre des décisions en sécurité publique. Dans le cas présent, Mme Laforest doit, pour assurer la stabilité de l’organisation policière sur la couronne sud de Montréal, reconduire pour 5 ans l’entente de la Régie intermunicipale de police de Roussillon », a déclaré François Lemay, président de la FPMQ.

 

«Le statu quo est inaceptable d'un point de vu juridique et politique. La seule position qui tient la route pour le Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation est de renouveler l'entente d'ici le 16 novembre », a conclu M. Lemay.

 

-30-

 

INFORMATIONS

Actualités

Régie intermunicipale de police Roussillon : La FPMQ donne un ultimatum à la Ministre

12 février 2020

Vu l’évolution de la situation, la FPMQ se doit aujourd’hui de donner un ultimatum à la Ministre des Affaires municipales. Si une rencontre conjointe n’est pas conviée d’ici 15 jours, la Fédération prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des droits de ses travailleurs !

Lire la suite

Transfert de la desserte policière : Les policiers de Mont-Tremblant poursuivent la Ville de Mont-Tremblant

7 janvier 2020

En réponse à la décision de la Ville de Mont-Tremblant de transférer sa desserte policière à la Sûreté du Québec afin d’écraser un conflit de travail avec ses policiers, la Fraternité des policiers de la Ville de Mont-Tremblant (FPMQ) se voit obligée de se tourner vers les tribunaux. La Fraternité a déposé deux recours au Tribunal administratif du travail (TAT) contre la Ville de Mont-Tremblant.

Lire la suite

Les élus de Mont-Tremblant ont perdus la confiance de leur population !

12 décembre 2019

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) est extrêmement déçue que les élus de Mont-Tremblant aient décidé d’aller de l’avant avec le transfert de leur desserte policière à la Sûreté du Québec. En prenant cette décision, le maire, Luc Brisebois, les conseillères, Mélanie Matte, Sylvie Vaillancourt et Roxanne Lacasse, les conseillers, Pierre Labonté, Joël Charbonneau, Danny Stewart, François Marcoux et Pascal de Bellefeuille, ainsi que les élus de Lac-Tremblant-Nord ont perdu toute leur légitimité de siéger à l’Hôtel-de-Ville au nom de leur population.

Lire la suite