Actualités Les policiers de Châteauguay dénoncent les dépenses faramineuses de la Ville et exigent un référendum

Publiée le 29 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate

Démantèlement des services de police à Mercier

Les policiers de Châteauguay dénoncent les dépenses faramineuses
 de la Ville et exigent un référendum

MERCIER, 29 avril 2015 – La Fraternité des policiers de Châteauguay déplore que l’administration municipale de Mercier, actuellement desservie par le service de police de Châteauguay, ait déjà engendré des dépenses faramineuses afin de mettre la table pour le démantèlement du service de police actuellement en vigueur. Du même coup, la Fraternité appelle les élus à la raison et demande de mettre un frein aux dépenses publiques injustifiées jusqu’à la tenue d’un référendum sur la question.

En effet, à la lecture des procès-verbaux de la Ville de Mercier, on peut voir que, jusqu’à maintenant, 150 000$ ont été engagés par l’administration municipale sur cette question. « Les élus de Mercier se targuent sans cesse qu’ils ont la responsabilité d’agir selon les intérêts supérieurs des citoyens et qu’ils doivent assurer une saine gestion des fonds publics. Visiblement, on constate que ce ne sont que de belles paroles quand on observe les sommes octroyées par la Ville pour un projet qui n’a aucun sens », dénonce François Lemay, président de la Fraternité des policiers et policières de Châteauguay.

Bien qu’elle prétende qu’elle ne souhaite qu’explorer la faisabilité du projet, les vraies intentions de l’administration municipale sont claires. « Déjà, la Ville a octroyé 25 000$ en honoraires d’avocats. De plus, elle a octroyé un montant de 24 999$, sans appel d’offre, à la firme TRAK pour une étude de faisabilité qu’elle ne veut même pas rendre publique. En outre, la municipalité a accordé un second contrat d’une valeur de 99 999$ pour l’élaboration d’un plan d’affaires alors que cette même firme était la seule soumissionnaire. On ne s’embarque pas dans de telles dépenses sans savoir où on s’en va », déclare M. Lemay. « Si les élus étaient honnêtes dans leurs démarches, ils mettraient le couvercle sur la marmite et soumettraient la question au vote populaire avant de continuer à dépenser les taxes des citoyens dans un puits sans fond », poursuit le président de la Fraternité.

La Fraternité appelle donc au bon sens des élus en leur qualité de gestionnaires de fonds publics. « Les membres de l’administration municipale sont élus pour prendre des décisions, mais c’est une responsabilité commune d’intervenir quand on voit qu’ils se dirigent dans un précipice. L’organisation d’un référendum à Mercier offrirait minimalement une caution morale pour aller de l’avant dans le projet. Dans tous les cas, le dernier mot devrait impérativement revenir aux citoyens », conclut M. Lemay en appelant la Ville à faire preuve de plus de transparence dans le processus.

À propos de la Fraternité

La Fraternité des policiers de Châteauguay regroupe 120 policiers et policières. Des membres desservent les municipalités de Châteauguay, Saint-Isidore, Mercier, Léry et Beauharnois.

 

Actualités

Les policiers inquiets d’un environnement juridique qui favorise de plus en plus le désengagement

30 mai 2018

Les trois plus grandes associations syndicales policières du Québec, soit l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ), la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM), ont réuni tous leurs représentants syndicaux aujourd’hui à Montréal dans le cadre d’un sommet syndical lors duquel ont été abordés plusieurs dossiers touchant la communauté policière.

Lire la suite

L'enjeu du respect du corridor de sécurité

24 avril 2018

Dans le cadre de leur travail, les policiers et les policières vivent parfois des situations dangereuses. Par exemple, quitter son véhicule pour donner une contravention ou offrir de l’assistance présente un risque important pour les agents de la paix.

Lire la suite

La cybercriminalité, un enjeu actuel

18 avril 2018

Les crimes commis sur le web guettent chacun d’entre-nous. Les transactions bancaires, l’envoi de courriel et la navigation sont toutes des activités où des fraudeurs malicieux sont susceptibles de commettre des délits. La prévention et la résolution de ces crimes représente un défi de tailles pour les agents de la paix partout dans le monde.

Lire la suite