Actualités Les élus justifient l'injustifiable

Publiée le 29 novembre 2014

Les élus justifient l'injustifiable

L’incohérence et l’opportunisme de nos politiciens m’abasourdissent. À titre d’éternel optimiste, j’ose croire que certains politiciens peuvent encore honorer leurs engagements et respecter les travailleurs. Malheureusement, force est de constater que les Québécois ne sont pas choyés par les temps qui courent.  

Pour légitimer ses politiques d’austérité, le gouvernement libéral multiplie les sophismes à propos de la «capacité de payer des contribuables». Si la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, voulait démontrer un peu de cohérence, elle n’hésiterait pas, par exemple, à adopter une loi empêchant ou réglementant les quotas de contraventions. D’un côté, elle assène que les contribuables n’en peuvent plus de payer. De l’autre, elle permet pourtant aux municipalités de mettre une pression financière indue sur les services de police qui ne peut se traduire concrètement que par des quotas de contraventions. Soyons clairs : ces taxes déguisées sont une honte à l’intelligence des Québécois.

De surcroît, nous invitons la ministre Thériault à faire les représentations nécessaires pour s’assurer que les élus provinciaux prêchent par l’exemple et s’appliquent leur propre médecine quant aux régimes de retraite avant de l’imposer aux travailleurs municipaux. Parions que la Ministre préférera la politique du «deux poids, deux mesures» préconisée par le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, et se terrera derrière un comité pour étudier la question qui n’aboutira à rien dans un avenir prévisible. 

De cette façon, nous verrons si la ministre Thériault peut, à tout le moins, se montrer cohérente dans ses actions. Permettez-moi d’être sceptique. Je doute beaucoup des gens qui n’hésitent pas à appliquer des principes très stricts aux autres, mais qui jonglent avec la nuance et la flexibilité lorsque la situation se retourne envers eux-mêmes.

Ce dont nous nous apercevons, c’est que le gouvernement n’est pas rationnel et agit de façon idéologique et dogmatique. L’austérité à la sauce libérale, c’est un gouvernement qui coupe à la scie mécanique les services publics, mais qui permet à l’ensemble de ses députés de bénéficier de primes parlementaires. En appliquant une recette à la population et une autre à leurs amis, les élus justifient l’injustifiable.

Néanmoins, selon moi, le plus inquiétant est le fait que le gouvernement de Philippe Couillard sacrifie l’État de droit au Québec. Quelle importance accorderons-nous aux ententes à venir si nos élus n’hésitent aucunement à bafouer celles qui sont présentement en vigueur? Ce qu’on vient nous dire, c’est qu’au gré des aléas économiques, il sera dorénavant de bon aloi de contester l’ensemble des ententes au nom de l’austérité. Bref, on dirait qu’il n’y a plus personne au-dessus des lois lorsqu’il s’agit d’économie.

Le nez collé sur l’arbre, nos élus manquent de vision. Osons des projets novateurs à moyen et long terme. Au lieu de se concentrer sur les coupures et l’austérité, levons la tête et parlons de création de richesses. Par dessus tout, les travailleurs municipaux, et les policiers au premier chef, somment les élus à respecter l’intelligence des Québécois et à cesser les doubles discours fallacieux.

Actualités

Le COVID-19 s’implante dans les relations de travail : Ce qu’il faut savoir !

16 mars 2020

En décembre dernier, nous avons été informés de l’éclosion d’un nouveau coronavirus. La maladie associée à ce virus a été baptisée COVID-19. La semaine dernière, le nombre de cas d’infection a franchi le seuil des 100.000. L’Organisation mondiale de la santé a exhorté tous les pays à prendre des mesures d’endiguement et de contrôle d’une manière énergique pour ralentir et même inverser la propagation de l’épidémie.Le 12 mars 2020, le gouvernement québécois de M. Legault prend de front la situation pandémique du COVID-19 en implantant certaines mesures et en appelant à la raisonnabilité des travailleurs et des employeurs. Bien que la réponse gouvernementale réponde à un besoin criant, il en demeure qu’au lendemain de la conférence de presse, plusieurs questions sont toujours sans réponse. Ainsi, il importe de faire la distinction entre une obligation et une demande du gouvernement. Rappelons d’abord ce qui a été décidé par le gouvernement de François Legault.

Lire la suite

Desserte policière à Mont-Tremblant : Le Maire Brisebois manque de respect à ses citoyens

6 mars 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec dénonce l’attitude du Maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois envers ses citoyens. Soutenant que de fausses informations circulaient dans le dossier de l’abolition du service de police municipal à Mont-Tremblant, le Maire Brisebois a tenu à « rectifier les faits » la semaine dernière avec la publication d’un tract « informatif » et un passage radio qui reflétait bien sa méconnaissance du dossier. Aujourd’hui, une chose est plus claire que jamais : le Maire de Mont-Tremblant manque de respect à ses citoyens en ignorant délibérément leur mobilisation qui demande à ce qu’un référendum soit tenu sur le changement de leur desserte policière.

Lire la suite

Régie intermunicipale de police Roussillon : La FPMQ donne un ultimatum à la Ministre

12 février 2020

Vu l’évolution de la situation, la FPMQ se doit aujourd’hui de donner un ultimatum à la Ministre des Affaires municipales. Si une rencontre conjointe n’est pas conviée d’ici 15 jours, la Fédération prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des droits de ses travailleurs !

Lire la suite