Actualités L'enjeu du respect du corridor de sécurité

Publiée le 24 avril 2018

Dans le cadre de leur travail, les policiers et les policières vivent parfois des situations dangereuses. Par exemple, quitter son véhicule pour donner une contravention ou offrir de l’assistance présente un risque important pour les agents de la paix.

C’est pourquoi le concept de corridor de sécurité a été mis en place il y a quelques années. Celui-ci prévoit que tout automobiliste doit ralentir et s’éloigner d’un véhicule d’urgence immobilisé, c’est-à-dire véhicule de police, ambulance, dépanneuse, etc. 

Cette mesure permet d’assurer aux occupants des véhicules d’urgences, comme les policiers et les policières, une sécurité lorsqu’ils quittent leur véhicule le long d’une route.

Le respect du corridor de sécurité est obligatoire par la loi. Un an seulement après son adoption, ce sont plus de 4000 constats d’infractions qui ont été remis sur tout le territoire québécois. Ces chiffres demeurent, encore aujourd’hui, trop élevés.

En cas d'infraction, une amende de 200 $ à 300 $ et 4 points d'inaptitude sont prévus. Il doit être respecté partout, que ce soit sur les autoroutes, en ville ou en zone rurale. 

Le corridor de sécurité assure la sécurité des policiers et des policières et sauve des vies. Il est obligatoire de le respecter.

Pour en apprendre plus sur le corridor de sécurité, visionnez cette vidéo du ministère des Transports du Québec

Actualités

Plainte pour voies de fait : Le directeur de police de Mont-Tremblant doit être relevé de ses fonctions pendant les enquêtes

8 octobre 2020

La FPMQ demande que le directeur du Service de police de la ville de Mont-Tremblant soit relevé de ses fonctions le temps que l’enquête criminelle de la SQ et que l’enquête interne le concernant soient terminées.

Lire la suite

La FPMQ demande un meilleur soutien psychologique pour les policiers

10 septembre 2020

Dans le cadre de la Journée mondiale de prévention du suicide et des consultations découlant du Livre vert sur la réalité policière au Québec, la FPMQ demande la création d’un service d’aide psychologique 24/7 à guichet unique pour les policiers et tous les intervenants d’urgences du Québec.

Lire la suite

La ville de Mont-Tremblant déboutée en arbitrage face à ses policiers

25 mai 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) déplore l’attitude du maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois, et de la directrice générale, Julie Godard qui ont décidé de maintenir leur position malgré le grief syndical ayant obtenu le résultat que les policiers recherchaient dès le départ.

Lire la suite