Actualités La Fédération des policiers et policières municipaux souhaite éviter les débordements

Publiée le 30 mars 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate

 

Manifestations contre l’austérité

La Fédération des policiers et policières municipaux souhaite éviter les débordements

MONTRÉAL, le 30 mars 2015 – La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec (FPPVQ) souhaitent éviter les débordements dans le cadre des manifestations contre l’austérité.

D’entrée de jeu, la FPMQ réitère sans équivoque l’importance de pouvoir manifester selon ses convictions. « Les policiers municipaux reconnaissent tous le droit de manifester, tel que le prévoit la Charte des droits et libertés de la personne », insiste M. Aubé.

Par ailleurs, la FPMQ rappelle que les policiers municipaux ont le devoir de s’assurer que le cadre légal des différentes manifestations soit respecté. « Nos membres doivent exercer leurs fonctions dans un contexte extrêmement difficile. En tout temps et particulièrement dans le cas présent, nous souhaitons sincèrement éviter les débordements. Nous croyons fermement qu’il est possible de témoigner son mécontentement tout en respectant quelques règles permettant aux policiers de faire leur travail », explique Paulin Aubé, vice-président exécutif de la FPMQ.

« Il n’y a pas de gagnant lorsque des protestations dégénèrent. On tend aujourd’hui la main aux manifestants pour que les choses se passent dans l’ordre. En outre, je les invite à fournir leur itinéraire et à manifester à visage découvert. De plus,  si un avis de dispersion devait être prononcé, je les invite à le respecter », demande M. Aubé.  

Le président de la FPPVQ, Marc Richard, se désole, lui aussi, de la tournure des événements. « Soyons clairs : à chaque fois qu’un individu est blessé, que ce soit un manifestant ou un policier, c’est un événement triste. Il faut absolument éviter la confrontation entre policiers et manifestants  », soutient M. Richard. De plus, M. Richard invite l’ensemble des intervenants publics à faire preuve de prudence dans leurs commentaires avant la publication des résultats de l’analyse de l’opération du Service de police de Québec le 26 mars dernier.

La FPMQ et la FPPVQ n’émettront aucun autre commentaire sur le sujet pour l’instant.

 

À propos de la FPMQ

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec est un regroupement d'associations syndicales composées d’environ 4 500 policiers et policières municipaux de la province.

-30-

 

 

Actualités

Plainte pour voies de fait : Le directeur de police de Mont-Tremblant doit être relevé de ses fonctions pendant les enquêtes

8 octobre 2020

La FPMQ demande que le directeur du Service de police de la ville de Mont-Tremblant soit relevé de ses fonctions le temps que l’enquête criminelle de la SQ et que l’enquête interne le concernant soient terminées.

Lire la suite

La FPMQ demande un meilleur soutien psychologique pour les policiers

10 septembre 2020

Dans le cadre de la Journée mondiale de prévention du suicide et des consultations découlant du Livre vert sur la réalité policière au Québec, la FPMQ demande la création d’un service d’aide psychologique 24/7 à guichet unique pour les policiers et tous les intervenants d’urgences du Québec.

Lire la suite

La ville de Mont-Tremblant déboutée en arbitrage face à ses policiers

25 mai 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) déplore l’attitude du maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois, et de la directrice générale, Julie Godard qui ont décidé de maintenir leur position malgré le grief syndical ayant obtenu le résultat que les policiers recherchaient dès le départ.

Lire la suite