Actualités Desserte policière à Mont-Tremblant : Le Maire Brisebois manque de respect à ses citoyens

Publiée le 6 mars 2020

DESSERTE POLICIÈRE À MONT-TREMBLANT : LE MAIRE BRISEBOIS MANQUE DE RESPECT À SES CITOYENS

Montréal, 6 mars 2020 – La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec dénonce l’attitude du Maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois envers ses citoyens. Soutenant que de fausses informations circulaient dans le dossier de l’abolition du service de police municipal à Mont-Tremblant, le Maire Brisebois a tenu à « rectifier les faits » la semaine dernière avec la publication d’un tract « informatif » et un passage radio qui reflétait bien sa méconnaissance du dossier. Aujourd’hui, une chose est plus claire que jamais : le Maire de Mont-Tremblant manque de respect à ses citoyens en ignorant délibérément leur mobilisation qui demande à ce qu’un référendum soit tenu sur le changement de leur desserte policière.

Depuis plusieurs mois les citoyens de Mont-Tremblant s’organisent pour sauver leur service de police municipal. « Avez-vous déjà vu ça vous, une manifestation pour la police ? » s’exclame François Lemay, président de la FPMQ. Entre le groupe citoyen Ensemble contre l’abolition de notre police municipale à Mont-Tremblant, la manifestation contre l’abolition du SPVMT et la pétition sur le site web de l’Assemblée nationale, les initiatives citoyennes s’opposant au transfert de la desserte à la SQ sont nombreuses. « En affirmant que les seuls opposants à son projet sont des policiers ou des proches de policier, le Maire Brisebois renie ses citoyens et leur manque totalement de respect », poursuit M. Lemay.

Dans un projet aussi important, l’acceptation sociale est primordiale. « Depuis le tout début on constate que l’acceptation sociale n’est pas au rendez-vous. D’ailleurs en ce moment c’est près de 20 % de la population de Mont-Tremblant qui a signé la pétition et qui demande un référendum. C’est beaucoup 20 % » soutient M. Lemay. Les élus de Mont-Tremblant refusent qu’un référendum soit tenu parce que le résultat de celui-ci les obligerait fort probablement à faire marche arrière sur le projet de destruction de leur service de police municipale. « Le Maire Brisebois et ses collègues du Conseil municipal alimentent le cynisme des citoyens envers les élus, parce qu’ils ont brisé le lien de confiance. Quand on refuse d’entendre ceux qui nous ont élus parce qu’on veut absolument aller de l’avant avec un projet qui fait l’affaire de personne, on ne mérite pas de siéger comme représentant de sa population » nous explique M. Lemay. La décision d’abolir le SPVMT est une décision ouvertement antisyndicale, on tente de se débarrasser d’un conflit plutôt que d’y faire face avec « leadership », attitude que le Maire Brisebois reproduit aujourd’hui avec ses citoyens.

Cette semaine, une citoyenne engagée contre le transfert de la desserte policière était de passage à CIME FM et une chose est certaine : les citoyens n’apprécient pas du tout l’attitude de leur Maire. Ils ont même lancé une campagne de sociofinancement pour diffuser leur réponse aux propos décevants et mensongers du Maire Brisebois.

-30-

 

INFORMATIONS

Actualités

La FPMQ demande un meilleur soutien psychologique pour les policiers

10 septembre 2020

Dans le cadre de la Journée mondiale de prévention du suicide et des consultations découlant du Livre vert sur la réalité policière au Québec, la FPMQ demande la création d’un service d’aide psychologique 24/7 à guichet unique pour les policiers et tous les intervenants d’urgences du Québec.

Lire la suite

La ville de Mont-Tremblant déboutée en arbitrage face à ses policiers

25 mai 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) déplore l’attitude du maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois, et de la directrice générale, Julie Godard qui ont décidé de maintenir leur position malgré le grief syndical ayant obtenu le résultat que les policiers recherchaient dès le départ.

Lire la suite

Le Chef de police de Mirabel fait fausse route

15 mai 2020

Plutôt que d’agir en leader, le Chef de police de Mirabel a choisi de supporter le recours de la Ville qui veut faire payer des frais de dommages de véhicule occasionnés par des nids-de-poule à ces policiers alors qu'ils ne faisaient que faire leur travail.

Lire la suite