Actualités Des policiers et policières abandonnés par leurs villes

Publiée le 20 avril 2020

DES POLICIERS ET POLICIÈRES ABANDONNÉS PAR LEURS VILLES

 

MONTRÉAL, 20 avril 2020 – La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) dénonce les pratiques révoltantes de plusieurs villes qui laissent sans salaire leurs policiers qui sont retirés préventivement du travail. Il est impensable qu’il n’y ait pas de maintien de la rémunération de policiers lorsque ceux-ci sont retirés du travail conformément à la demande de leur ville ou régie. La Fédération demande que la Ministre de la sécurité publique assume son rôle de leadership dans le dénouement de cette situation en émettant une directive ministérielle afin de s’assurer que les policiers en arrêt de travail préventif soient rémunérés.

 

Ces policiers ne sont pas malades, inaptes ou incapables d’effectuer leur travail, on leur demande de s’isoler préventivement lorsqu’ils doivent subir un test de dépistage parce qu’ils présentent des symptômes grippaux ou qu’ils ont été en exposés à un cas possible de COVID-19. « Les services de police de Saint-Jean-sur-Richelieu, Gatineau, Mercier, Mirabel, Richelieu/Saint-Laurent, Saint-Eustache et Thérèse de Blainville abandonnent littéralement leurs policiers qui se donnent corps et âme, qui mettent leur propre sécurité et celle de leurs familles, de leurs enfants à grand risque pour le maintien de la sécurité publique en ces temps de pandémie. Il est inconcevable qu’on leur demande de faire leur devoir en s’exposant au virus et qu’on les abandonne lorsqu’ils présentent des symptômes ou ont été en contact avec une personne infectée et qu’ils doivent se retirer par mesure de prévention », a déclaré François Lemay président de la FPMQ.

 

À l’heure actuelle, nos services de police s’affairent à faire respecter les consignes émises par la sécurité publique. Sans leur travail, le gouvernement ne serait pas en mesure de faire respecter les consignes par les personnes récalcitrantes. « Au point de presse de jeudi dernier, le premier ministre Legault a souligné le travail des policiers. Nous le remercions pour cette attention, mais nous lui demandons aujourd’hui d’intervenir pour soutenir les policiers qui présentent des symptômes ou qui ont été exposés à la COVID-19, qui sont à la maison et sans salaire. C’est inacceptable! » affirme M. Lemay.

 

« Cette pratique est un manque de respect flagrant envers nos membres et lance un message extrêmement négatif aux policiers qui sont sur la ligne de front contre le coronavirus chaque jour. C’est immoral ! Les policiers ne demandent qu’à être respectés lorsqu’ils développent des symptômes reliés ou sont à risque d’avoir été infecté par la COVID-19. En temps de pandémie, c’est le strict minimum », a conclu le président de la FPMQ.

-30-

INFORMATIONS

Actualités

La ville de Mont-Tremblant déboutée en arbitrage face à ses policiers

25 mai 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) déplore l’attitude du maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois, et de la directrice générale, Julie Godard qui ont décidé de maintenir leur position malgré le grief syndical ayant obtenu le résultat que les policiers recherchaient dès le départ.

Lire la suite

Le Chef de police de Mirabel fait fausse route

15 mai 2020

Plutôt que d’agir en leader, le Chef de police de Mirabel a choisi de supporter le recours de la Ville qui veut faire payer des frais de dommages de véhicule occasionnés par des nids-de-poule à ces policiers alors qu'ils ne faisaient que faire leur travail.

Lire la suite

Coupe de salaire en temps de crise : Fini la guerre des mots, la FPMQ répond à la Ville de Mercier

24 avril 2020

En réponse à la désinformation émise par la Ville de Mercier mardi, la Fédération tient à réitérer qu’il existe une pratique immorale imposée aux policiers de Mercier, laquelle les abandonne financièrement lorsqu’ils sont en retrait préventif.

Lire la suite